Les conseils avisés d’Anouk et Pierre-Elie pour faire de l’autostop

 

Anouk et Pierre-Elie, pouvez-vous nous présenter « Voyagez-nous » en quelques mots ?

Voyagez-nous est une aventure en France, en stop, sans itinéraire et sans argent que nous avons débuté début octobre 2017. Les objectifs étaient de découvrir la France, rencontrer ses habitants et partager le voyage avec des enfants en situation d’exclusion scolaire. Plus de 11 000 kilomètres plus tard, nous avons dormi chez l’habitant tous les soirs, nous sommes sortis de notre zone de confort, chaque jour nous découvrons des univers totalement différents et nous nous enrichissons humainement grâce à ces rencontres. Dans les 4 mois qui nous restent, nous aimerions notamment atteindre la Corse en bateau-stop !

 

Comment trouve-t-on un bon endroit pour faire du stop ?

Un bon endroit pour faire du stop, c’est un spot près d’un flux de voitures. A la sortie d’une ville dans la direction choisie, au bout d’un village si vous êtes à la campagne, ou bien sur une aire d’autoroute. L’important est de trouver un endroit où les voitures ne roulent pas trop vite (sortie d’agglo ou rond-point) et vous voient longtemps à l’avance. Enfin, vous augmenterez vos chances si le spot contient un large endroit pour que la voiture se range sans gêner les autres.

 

Avec ou sans pancarte ?
Pour nous c’est « avec » lorsque le but est d’arriver vite quelque part et « au pouce » pour partir à l’aventure ! Pour être efficace, la destination sur la pancarte ne doit pas être à plus de 2 heures de là où vous vous trouvez ! Mais il y a plusieurs écoles… En tout cas sur le voyage, notre moyenne d’attente au pouce ne dépasse pas 10 minutes, car nous disons souvent « oui » à la première qui s’arrête !

 

Quelles astuces pour que ça marche ?

Au bord de la route, cherchez à attirer l’attention des conducteurs sans passer non plus pour des fous, tenir une pancarte rigolote peut être un plus, établir un contact visuel et ne pas se jeter sous les roues d’une voiture qui ne veut pas vous prendre ! Sur les aires d’autoroutes, allez demander poliment aux conducteurs des voitures qui ont de la place s’ils peuvent vous avancer, ça marche très vite en général !

 

Est-ce qu’on choisit les voitures dans lesquelles on monte ?

Au niveau sécurité, bien sûr qu’on peut refuser de monter dans une voiture : si vous ne le sentez pas, écoutez-vous et inventez n’importe quelle excuse ! Mais dans l’ensemble, vous vous rendrez vite compte que les conducteurs sont des gens comme vous, comme nous !
Au niveau stratégique, et d’autant plus pour une course, c’est important de savoir refuser une voiture qui vous sortira de l’autoroute, ou toute autre voiture qui vous posera à l’entrée d’une ville que vous ne connaissez pas, vous perdriez beaucoup trop de temps !

 

Une fois dans la voiture, quel est « le bon » comportement ?
Dans la voiture, c’est un échange entre vous et la personne qui vous emmène. Le « bon » comportement c’est de s’adapter à elle : ne pas la bombarder de questions si elle n’est pas bavarde, ne pas fumer sans lui demander, écouter Rires&Chansons si elle écoute Rires&Chansons. Parfois, ceux qui vous prennent ont besoin de parler. Les écouter sera la meilleure chose que vous pourrez faire.
Et l’avantage d’être en binôme, c’est que l’un peut se reposer pendant que l’autre discute, mais ne dormez pas tous en même temps, ça c’est pas cool !

 

Quand la nuit arrive et que l’on n’a pas encore trouvé de logement… qu’est-ce qu’on peut faire ?

Alors là ça dépend du degré d’aventure que vous recherchez ! Il y a encore des voitures qui roulent la nuit, nous cet hiver, quand il faisait nuit à 17 heures, ça ne nous arrêtait pas.
Mais pour le logement, là aussi il y a plusieurs options. Le plus simple, c’est de voir avec votre conducteur ce qui est possible. S’il s’est arrêté, c’est qu’il est sympa et qu’il n’a pas eu trop peur de vous, peut-être peut-il vous aider maintenant qu’il vous connaît ! Si vous avez une tente avec vous, les aires d’autoroute tolèrent ce genre de bivouac improvisé, ou bien si vous êtes à la campagne, vous pouvez demander à la planter dans un jardin, ou bien trouver un autre endroit discret ! Osez demander, c’est risqué qu’on vous réponde « oui », nous dormons chez l’habitant tous les soirs depuis 5 mois, pourquoi ne pas essayer pour une nuit ?

 

Un dernier conseil ?

Pour Eurostep, nous vous recommandons de prendre l’autoroute dès le départ et de n’en sortir que lorsque vous serez arrivé-e-s à destination ! En stop, le voyage compte plus que la destination. Même si vous êtes en course, profitez des rencontres imprévues qu’offre le stop, plus que toute autre activité ! Et même si cette fois vous ne pourrez pas accepter les détours et les invitations, gardez en mémoire que le stop est un formidable accélérateur de vie !

Vous pouvez suivre le voyage d’Anouk et Pierre-Elie sur leur page facebook :