Brexit : vrai début ou véritable fin pour une défense européenne ?

Le 23 juin 2016, les Britanniques votaient en faveur du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Si le processus promet d’être long avant d’acter la sortie effective du pays, ses répercutions se font d’ores et déjà ressentir. L’une des plus médiatique, étant l’impact sur la défense européenne, le Général Jean-Marc Laurent fut l’invité d’Idées d’Europe le 6 décembre 2016 sur ce thème.

Pilote de chasse dans l’armée de l’air ayant participé à de nombreux engagements opérationnels, le général Laurent a eu de multiples postes de commandement dont celui de responsable de la zone de défense Sud-Ouest. Passé par la Direction des affaires stratégiques de la Défense, il a dirigé le Centre d’études stratégiques aérospatiales, a été auditeur de l’IHEDN et du European Center for Security Studies. Il est actuellement responsable exécutif de la chaire «  Défense et Aérospatial ».

Après un bref rappel historique, la conférence commença par une présentation de l’état actuel des coopérations militaires en Europe, au sein et à l’extérieur de l’Union. A travers une liste précise, c’est la pluralité du type de coopérations (bilatérale, OTAN etc) sur différents domaines allant de la formation des militaires aux projets industriels qui fut mise en avant par le Général.

Incisant sur la différence entre Défense européenne qui consiste à avoir un outil militaire commun pour les Etats membre de l’Union, et Europe de la défense relevant des coopérations précédemment abordées, Jean-Marc Laurent rappela que les militaires disposent entre eux de contacts privilégiés. Ainsi, le manque d’approfondissement des relations entre Etats sur les questions de défense relève d’un choix politique et non technique.

Dans une seconde partie, Jean-Marc Laurent répondit aux questions sur les trois grands thèmes préparés par l’équipe d’Idées d’Europe :

– Tout d’abord, une approche globale de la politique étrangère de l’UE basée sur le rôle des européens et la place accordée à la défense. Les différences de visions entre les Etats membres furent abordées avec notamment la position de l’Allemagne et de la France à la recherche de partenaires pour construire l’Europe de la défense…
– Ensuite, une approche sectorielle sur l’industrie de la défense, où ses spécificités, ses atouts et points faibles furent mis en avant. Jean-Marc Laurent détailla alors la place actuelle du Royaume-Uni au sein de cette industrie ainsi que l’avenir des grands programmes de coopérations.
– Enfin, une approche centrée sur la coopération entre Etats européens mais également avec des partenaires extérieurs. Ce qui fut l’occasion de revenir sur la présentation initiale et d’interroger le Général Laurent sur le rôle des accords bilatéraux et multilatéraux dans la défense européenne, leur foisonnement…
En dernière partie, les questions furent ouvertes à l’auditoire. Curieux et attentifs, les étudiants en profitèrent pour interroger Jean-Marc Laurent sur D. Trump, l’action de la Russie etc.
In fine, le débat apparaissait toujours ouvert et le questionnement d’ Emma Bonino (ancienne ministre des affaires étrangères d’Italie) plus que jamais d’actualité : « la question essentielle est de savoir si les Européens (…) souhaitent être des acteurs de paix ou bien qu’on les laisse en paix ».